Il n’est pas nouveau de considérer que le concile Vatican II a été le premier concile de l’histoire à avoir été « médiatique », c’est-à-dire utilisant l’ensemble des moyens de communication du monde moderne pour sa diffusion en tant « qu’évènement »: journaux, radios et télévision afin de le faire connaître. Le retransmission télévisuelle de l’ouverture solennelle en est l’exemple le plus significatif parmi tant d’autres.

Mais attention la dimension « médiatique » du concile n’a pas commencé à partir de son ouverture. On peut dire que toute la phase qui l’a préparé a été marquée par cette dimension ! Dès 1960, Jean XXIII nomme une commission pour la presse et la communication. La dimension médiatique du concile, a été d’une certaine manière, la réponse à un problème profond que Jean XXIII avait souligné et qui, avec d’autres l’ont poussé à proposer le concile. Dans un article précédent, nous avions pu constater que Jean XXIII avait mentionné dès 1959, une sorte de « perversion » des systèmes de communications dans certains pays, propageant volontairement des erreurs, provoquant ainsi, une sorte de manipulation médiatique des masses populaires, conduisant à une dégradation de la liberté. Pour Jean XXIII, on ne peut être pleinement libre que dans la vérité !

Si l’expression de la dimension médiatique, correspond d’une certaine manière, à ce projet de Jean XXIII de « dire la vérité », alors ce mouvement a bien pris durant les phases bien distinctes de la préparation! Lorsque nous prenons de le temps de regarder dans l’index de la Documentation Catholique, au terme « concile œcuménique », nous ne pouvons qu’être surpris par l’ampleur des publications officielles, et surtout du nombre sans cesse grandissant des interventions depuis le 25 janvier 1959 jusqu’à l’ouverture du Concile le 11 octobre 1962 !

Voici le décompte, par année, sans distinctions de signature (à la fois les actes de Jean XXIII, de cardinaux, de personnes avisées et mandatées) :

  • 1959 : 21 documents : dont 14 de Jean XXIII, 5 de cardinaux et Prélats, 2 réactions des autres confessions chrétiennes.
  • 1960 : 34 documents : dont 19 de Jean XXIII, 14 de cardinaux, prélats et personnes mandatées, 1 message du patriarche Athénagoras.
  • 1961 : 78 documents : dont 24 documents de Jean XXIII, 23 documents (compte rendu et interviews) des commissions de préparations, 10 documents de l’épiscopat du monde entier, 7 documents des protestants, 1 document des orthodoxes, 9 documents de la presse, 4 documents divers,
  • 1962 : 145 documents : 68 documents de Jean XXIII, 17 documents des commissions de préparations, 24 documents de l’épiscopat et des experts (personnel ou collectif), 07 documents de protestants, 7 documents des orthodoxes, 2 documents des juifs, 20 documents de la presse)

En presque 3 ans et 9 mois de préparation au concile, il y a eu la publication officielle de 278 documents, ce qui est considérable ! Avec un saut très net entre 1960 et 1961, et surtout entre 1961 et 1962 !

Pour mieux analyser la répartition des publications, et surtout les pourcentages des auteurs, il convient de reprendre le calendrier de la préparation du concile. Cette dernière se fait en 2 phases bien distinctes. En voici les dates les plus essentielles.

1959 :

  • 25 janvier, annonce d’un prochain d’un Concile lors d’un consistoire extraordinaire.
  • 17 mai : Pentecôte : INAUGURATION DE LA PHASE ANTE-PREPARATOIRE.
  • Allocution et promulgation de la commission anté-préparatoire au Concile : membres et cahier des charges. Consultation mondiale.
  • 29 juin : Encyclique « Ad petri cathedram ». Première encyclique présentant la triple finalité du Concile, et son principe premier.

1960 :

  • 5 juin, Pentecôte : CLOTURE DE LA PHASE ANTE-PREPARATOIRE. Bilan de la consultation mondiale. Allocutions et promulgations des commissions préparatoires au concile (constitutions et membres), de la commission centrale (constitutions et membres), commission du cérémonial (constitutions et membres), une commission pour la presse et la communication !
  • 13-14 novembre : INAUGURATION OFFICIELLE DE LA PHASE PREPARATOIRE. Allocution à tous les membres des différentes commissions.

– 1961 :

  • Janvier/février : publication de la liste officielle de l’ensemble des membres et consulteurs des différentes commissions préparatoires au Concile.
  • 12-20 juin : 1ère session de la Commission centrale. Avec allocutions de Jean XXIII.
  • 7-17 novembre: 2ème session de la Commission centrale. Avec allocutions de Jean XXIII, et publication des comptes rendus !
  • 25 décembre : CONVOCATION OFFICIELLE DU CONCILE par la Bulle « Humanae salutis ».

– 1962 :

  • 15-23 janvier : 3ème session de la Commission centrale.
  • 2 février : Promulgation de la date d’ouverture du Concile : le 11 octobre, en lien avec le Concile d’Ephèse.
  • 20-27 février : 4ème session de la Commission centrale.
  • 26 mars au 03 avril : 5ème session de la Commission centrale.
  • 15 avril : Lettre de Jean XXIII à tous les évêques : les futurs « Pères conciliaires ».
  • 3 au 12 mai : 6ème session de la Commission centrale.
  • 10 juin : Pentecôte : Allocution de Jean XXIII : le Concile, une nouvelle « Pentecôte » pour l’Eglise.
  • 12 au 23 juin : 7ème session de la Commission centrale. Bilan et approbation des 70 schémas qui seront soumis et traités par les Pères Conciliaires.
  • 23 juin : CLOTURE DE LA PHASE PREPARATOIRE.
  • 6 août : Promulgation du règlement interne du Concile : comment va fonctionner l’assemblée conciliaire ? Etc…
  • 11 septembre: Message de Jean XXIII au monde.
  • 28 septembre : Publication officielle de la liste des 201 experts au Concile.
  • 11 octobre : OUVERTURE SOLENNELLE DU CONCILE.
  • 20 octobre : Message des Pères Conciliaires au monde.

Ce chronométrage minutieux de la préparation du Concile en 2 phases, nous permet de comprendre les sauts au niveau de la publication des 278 documents.

Les publications des années 1959-1960 correspondent au fond à la PHASE ANTE-PREPARATOIRE.

Même si cette dernière s’arrête le 5 juin 1960, il faudra attendre le 13-14 novembre de la même année, pour voir commencer la phase préparatoire. Il est permis de considérer toute cette année 1960, comme faisant partie de la phase anté-préparatoire.

Il y a eu 55 documents de publiés en presque 2 années, soit 19,78% des publications totales entre janvier 1959 et octobre 1962. Cette phase anté-préparatoire est cette période de consultation mondiale où l’ensemble de l’épiscopat, des supérieurs majeurs d’ordre religieux et des universités sont amené à « fournir » la matière en vue des débats du Concile. Puisqu’il s’agit d’une phase  consultation, on peut alors comprendre finalement le peu de publications d’autres personnes.

Cependant, sur ces 55 documents, Jean XXIII en publie lui-même 33, soit 60%. L’œuvre de publications de Jean XXIII y est incontournable ! On peut dire qu’il « invoque ciel et terre », et que toutes les occasions sont bonnes pour « sensibiliser » et « rassembler » en vue du futur évènement.

Les autres documents sont des conférences de cardinaux ou prélats pour présenter ce qu’est un « concile œcuménique », ou bien pour promouvoir l’évènement et se faire porte-parole du pape. Ces documents sont au nombre de 19, soit 34,54% des publications de 1959-1960.

Il est extraordinaire de remarquer l’accueil favorable des confessions chrétiennes non catholiques, puisque 3 documents proviennent d’elles ! Jean XXIII souhaitant un concile en faveur de l’œcuménisme et de l’unité des chrétiens, on peut dire qu’il a été entendu, et que le futur évènement concerne, non seulement les catholiques, mais les autres confessions chrétiennes.

Les publications des années 1961-1962 correspondent à la PHASE PREPARATOIRE.

Il y a eu la publication de 223 documents en l’espace de presque 1 an et 9 mois ! Autant dire qu’il y a une explosion de publications, puisque cela correspond à 80,20%  de l’ensemble des textes officiels publiés entre janvier 1959 et octobre 1962! Il est alors permis de penser que ce que l’on appelle le « bouillonnement » du Concile a commencé bien avant son ouverture le 11 octobre 1962 ! Et que ce bouillonnement commence alors dès le début de la phase préparatoire.

On peut constater que cette phase préparatoire se passe en 2 temps. Il y a l’année 1961 où il n’y a eu que 2 sessions de la commission centrale. Par contre les 9 mois de l’année 1962 correspondent une très nette intensification du travail puisqu’il y aura 5 sessions de cette même commission.

Concernant le premier temps de cette phase préparatoire, on peut voir qu’il y a 78 documents sur les 223 publiés, soit 34,98%. Cela représente 28,05% de l’ensemble des publications entre janvier 1959 et octobre 1962. C’est déjà 9% de plus que tout ce qui a été publié durant la phase anté-préparatoire !

Concernant le deuxième temps de cette phase préparatoire, il y 145 documents publiés. Il est impressionnant de penser que ces 9 derniers mois d’avant le concile verra la publication de 65,02% des publications officielles de la phase préparatoire, ainsi que 52,16% du total des publications entre janvier 1959 et octobre 1962 !

Sur les 223 documents publiés pendant la phase préparatoire, Jean XXIII en aura signé 92, soit 41,25%.  Ce qui reste considérable ! Surtout qu’en l’espace d’1 an et 9 mois, il aura signé presque 3 fois plus de textes qu’en 2 ans ! On ne peut qu’être impressionné par son investissement personnel !

Sur les 223 documents publiés, chose première dans l’histoire d’un concile : le travail préparatoire est rendu public quasiment en direct par le moyen de la presse ! On peut assister jour à après jour, au compte rendu des travaux de la Commission Centrale. D’ailleurs, cette technique sera de même pour le concile, puisque on pourra suivre, au jour le jour, les comptes rendus des sessions des Pères Conciliaires. Il y aura 40 documents qui « rendront compte » de l’avancée des travaux de la phase préparatoire au concile, soit 17,94% !

Sur les 223 documents publiés, chose également première dans l’histoire d’un concile : La commission pour la presse, voulue personnellement par Jean XXIII, va publier 29 documents, soit 13%. C’est cette commission pour la presse qui se devait de faire ce « travail de vérité », afin que l’ensemble des membres de l’Eglise puissent connaître l’évolution de la préparation et se préparer à l’évènement. Là aussi, le travail de cette commission va refléter le travail de la phase préparatoire. 9 documents seront publiés en 1961, contre 20 en 1962. Cela confirme l’effet « exponentiel » des publications.

La dimension médiatique du concile se retrouve également par l’implication des évêques et des experts qui sont venus du monde entier pour participer à cette phase préparatoire et qui publient textes et conférences sur le futur concile au sein même de leur pays respectifs! Les 34 documents représentent 15,24% des 223 textes publiés de cette phase. On constate aussi cette nette augmentation entre 1961 et 1962.

La dimension médiatique du concile se retrouve également par l’augmentation des publications officielles des autres confessions chrétiennes et non-chrétienne. Il y a 24 documents en tout, soit 10,76% des 223 publications de cette période. 14 documents provenant des protestants et 8 des orthodoxes. Il y a même 2 texte venant de la communauté juive en 1962. Le concile semble manifestement concerner, avant même son ouverture, les autres chrétiens, et même les non-chrétiens ! Il s’insère complètement hors de l’Eglise Catholique!

On peut affirmer, sans grandes hésitations, que la phase préparatoire du concile aura été le début concret de sa dimension « médiatique »! Le « bouillonnement » est bien depuis ces années là ! On peut considérer le concile comme résolument médiatique depuis le début de l’année 1961, soit presque 1 an et 9 mois avant son ouverture officielle ! Et avant même sa convocation officielle le 25 décembre 1961!

Il y a un phénomène « exponentiel » qui est hors du commun ! On peut comprendre alors pourquoi l’évènement en tant que tel, aura été si « marquant » pour les esprits, car dès 1 an et 9 mois avant le début de l’évènement, il était déjà « médiatique », entièrement présent pour l’Eglise et pour le monde!

Jean XXIII aura signé à lui seul, avec 125 documents, 45% des 278 documents officiels entre janvier 1959 et octobre 1962 !

La commission pour la presse, ainsi que les comptes rendus publics des différentes commissions préparatoires, que Jean XIII a voulus personnellement et qu’il suivait de près, ont publié 69 documents, soit 24,82% des publications entre janvier 1959 et octobre 1962 !

Jean XXIII et son « intuition pastorale » par rapport aux moyens de communication, incarnent 194 textes sur 278, soit 69,78% !

Si le concile a été si « MEDIATIQUE », AVANT SON OUVERTURE, je pense que nous pouvons sans hésiter l’attribuer à l’intuition de Jean XXIII et à son indéniable implication personnelle durant toute sa scrupuleuse préparation!

Il a su faire du concile un « EVENEMENT PLANETAIRE » au sens contemporain du terme, en utilisant toutes les ressources des moyens de communications de son temps.

            Et si nous en prenions de la graine ?