Petit, frêle, toujours un peu différent, mis à l’écart, fragile, mais aussi sensible, humble, bourreau de travail, intelligent, spirituel et passionné par la vie du monde et l’annonce de l’Evangile. Voilà en quelques mots le portrait dressé par Christophe Henning du pape Paul VI. Car au final, on ne connait que peu de choses de Jean-Baptiste Montini, avant qu’il ne soit pape : son passage à Rome, à la Secrétairerie d’Etat, et sa nomination à Milan, avant d’arriver sur le trône de St Pierre.

Pourtant, la vie de l’enfant de Brescia est plus complexe que le parcours tout tracé qu’elle laisse entrevoir, et il faut se plonger quelque peu dans ses jeunes années de ministère pour saisir la personnalité du futur Paul VI. Tout en travaillant au Vatican, le jeune prêtre est nommé aumônier national des étudiants, avant d’être remercié pour la grande distance qu’il avait avec la politique menée par Mussolini. On retiendra aussi son passage à Milan ou il a véritablement fait, comme archevêque, ses armes pastorales…

Une grande partie de l’ouvrage est consacrée à ses 15 années de pontificat, insistant sur son rôle dans la continuation du concile Vatican II et l’ouverture de l’Eglise au monde, mais aussi sur les premiers voyages pontificaux (Jérusalem, l’ONU,…), et sur les textes plus controversés (Humanae Vitae).

Il ressort de ce petit livre, qui se lit comme un roman, une sensation de douceur. Au-delà du calme et de la froideur qui ont souvent caractérisés Paul VI, son engagement pour la paix et pour l’unité des chrétiens, tout comme son attention aux plus petits et aux pauvres, nous font découvrir un véritable pasteur. De nombreuses citations et formules du pape qui sera prochainement béatifié émaillent avec bonheur cette biographie.

Un léger reproche cependant : les citations ne sont pas souvent sourcées, et ne permettent donc pas de retrouver les textes originaux, pour approfondir ce que ce livre nous donne à découvrir de ce grand pape qui vient d’être béatifié. A noter aussi qu’en ce temps de nouvelle évangélisation, l’encyclique Evangelii Nuntiandi aurait mérité un chapitre dans la vie de ce bienheureux tant porté sur l’attention aux autres et la mission. Mais bon, en à peine 170 pages, c’est dur de tout dire. Et cela ne fait que nous donner envie de connaître un peu plus celui qui sera bientôt béatifié.

« Comme elle est vide parfois la maison du Seigneur ! S’il nous était possible de donner assez de voix pour vous atteindre, fils qui ne nous aimez plus, je demanderai d’abord votre pardon. Car pourquoi notre frère s’est-il détaché de nous ? Parce qu’il n’a pas été suffisamment aimé. Parce que nous n’avons pas assez veillé sur lui, que nous ne l’avons pas assez instruit, pas assez initié aux joies de la foi (…) Parce qu’en raison de nos défauts, il a été amené à s’ennuyer quand il était question de religion, à la mépriser,  à la haïr, parce qu’il a entendu plus de reproches que d’avertissements ou d’appels » (Texte écrit à l’occasion de la Mission à Milan) p. 50-51

Christophe Henning, Petite vie de Paul VI, éditions DDB, Paris, 2014, 12,90 €