Vatican II : objectif 50 ans

Un blog pour préparer et vivre le cinquantième anniversaire de l'ouverture du concile

Cette session eu lieu entre le mardi 07 et le vendredi 17 novembre 1961.

Elle se situe à presque une année après l’ouverture officielle de la Phase Préparatoire le 13-14 novembre 1960 où Jean XXIII convoqua les 698 personnes qui devaient l’aider à préparer le Concile.

Etant donné que la 1ère session fut exclusivement consacrée à la réflexion quant aux questions relatives à l’organisation interne du Concile, on peut dire que les 10 Commissions et les 2 secrétariats préparatoires ont eu une année complète pour travailler et proposer leurs travaux à la discussion et aux amendements par la Commission Centrale.

C’est à partir de cette 2ème session que les travaux des différentes commissions préparatoires vont commencer à être soumis à l’échange.

poursuivre la lecture…

Ce fût entre le lundi 12 et le mardi 20 juin 1961 que la Commission Centrale se réunit pour la 1ère fois. Jean XXIII y prononça un discours au début et à la fin décrivant cette assemblée comme une sorte de « laboratoire expérimental » pour l’organisation interne et la préparation du prochain Concile. C’est à partir de ces 2 discours que l’on a pu établir les travaux de cette session.

Nous avions pu voir que la phase préparatoire du Concile prenait la forme d’une démarche synodale mondiale.

poursuivre la lecture…

C’est Jean XXIII lui-même, qui au cours de différents discours des 12 et 20 juin 1961, qualifia le travail de la Commission Centrale comme une manière d’expérimenter et de préparer l’organisation des futures assemblées conciliaires.

En prenant le temps de comprendre comment ces SESSIONS ont été organisées ainsi que les sujets traités, on peut alors mettre en perspective le fonctionnement interne du Concile Vatican II, et mieux saisir l’histoire de la rédaction des textes conciliaires. L’histoire de la rédaction  est un élément herméneutique pour mieux les approfondir, et les comprendre.

C’est au cours de 7 SESSIONS que la Commission Centrale travailla et vota les « 70 SCHEMAS PREPARATOIRES« . Cela se passa entre le 13-14 novembre 1960 et le 23 juin 1962. Dans un article précédant, nous avions pu constater que toute sa Phase Préparatoire ressemblait à une forme de démarche synodale mondiale.

poursuivre la lecture…

En ce 6 décembre 2013, nous pouvons assister à un vibrant hommage pour la personne de NELSON MANDELA (1918-2013), et son combat pacifiste en faveur de la paix et de la démocratie.

Le journal quotidien « LA CROIX » intitule son article panégyrique  « Un chrétien discret« : ce qui est juste, tant ce chrétien méthodiste n’a jamais été un prosélyte. C’est bien le respect des convictions de chacun, qu’il a été si discret, mais en même temps efficace pour la construction de la paix entre les personnes, jusqu’à l’abolition de l’apartheid en 1991.

Je me souviens avoir vécu ce moment avec autant d’émotion que la chute du mur de Berlin en 1989, en tant que jeunes collégiens.

Même si tout au long de sa carrière politique, il a toujours considérer que les convictions religieuses devaient être de l’ordre de la dimension privée et qu’il n’avait pas à les « imposer », cela ne l’a pas empêché d’écrire en 1997 lorsqu’il était président de l’Afrique du Sud:

 « Nous avons besoin que les institutions religieuses continuent d’être la conscience de la société, le gardien de la morale et des intérêts des faibles et des opprimés. Nous avons besoin que les organisations religieuses participent à la société civile mobilisée pour la justice et la protection des droits de l’homme. ».

poursuivre la lecture…

Alors qu’en ce 4 décembre 2013, nous fêtons le 50ème anniversaire de la promulgation de la Constitution dogmatique SACROSANCTUM CONCILIUM, et du décret sur les moyens de communications INTER MIRIFICA, nous avons le premier aboutissement des travaux des Pères Conciliaires.

Pourtant ces 2 textes, comme les 14 autres qui suivront, ne viennent pas de nul part, et n’ont pas été élaborés uniquement à partir du 11 octobre 1962, date d’ouverture du Concile.

Au contraire, ces textes conciliaires ont une « histoire« , et ils prennent leurs sources de manière complexe, dans les « SCHEMAS PREPARATOIRES« . On ne peut comprendre les textes conciliaires et les recevoir, en faisant abstraction de l’histoire de leurs rédactions.

poursuivre la lecture…

Montage réalisé par le site news.va !

Pour l’Eglise, le Concile Vatican II a été, le premier événement médiatisé de l’ère moderne. Voilà une évidence que les chiffres ne démentent pas : plus de 1000 journalistes assistent à la cérémonie d’ouverture, le 11 octobre 1962, et nombre d’entre eux, dont certains prêtres ou religieux, seront les correspondants de leurs journaux durant les travaux du Concile. Dès juin 1961 d’ailleurs, le pape Jean XXIII avait précisé qu’il souhaitait ne pas oublier les journalistes dans l’organisation de la rencontre. Il appréciait particulièrement leur désir d’être informés de la marche du Concile. Le bureau de presse, qui a ouvert ses portes le 18 avril 1861, diffusa pour sa part 176 bulletins de nouvelles et 141 monographies en diverses langues au cours des quatre sessions du Concile.

Les nombreuses interviews auxquelles les pères conciliaires n’ont pas manqués d’être soumis ont également, on s’en doute, eu une influence sur leurs rapports à la presse, et au monde des communications sociales. Le Concile était donc, dès le début, ouvert au monde des médias. Le décret Inter Mirifica, qui a été voté lors de la seconde session du Concile, prend logiquement sa place dans cet ensemble de relations habituelles.

S’attaquer au thème de la communication

poursuivre la lecture…

En ce jour anniversaire de la promulgation de la constitution conciliaire sur la Liturgie, le but de cet article sera de compléter le diaporama publié récemment sur ce blog. Il « raconte » de manière synthétique et plus en détail, le processus de préparation du document, son protocole de rédaction et son vote, et surtout, comment la réforme sur la liturgie s’est mise en route dès 1964…

« DIEU A LA PREMIERE PLACE » pour une prière « sainte et vraie »

La constitution dogmatique Sacrosanctum Concilium est le premier fruit du Concile Vatican II. Le 4 décembre 1963, à l’issue du vote et de la promulgation de ce texte et du décret sur les moyens de communications sociales, Paul VI prononça un discours. Ce dernier permet de saisir le « pourquoi » de ce document sur la liturgie, mais en même temps, il annonce l’élan de la réforme.

  poursuivre la lecture…