C’est Jean XXIII lui-même, qui au cours de différents discours des 12 et 20 juin 1961, qualifia le travail de la Commission Centrale comme une manière d’expérimenter et de préparer l’organisation des futures assemblées conciliaires.

En prenant le temps de comprendre comment ces SESSIONS ont été organisées ainsi que les sujets traités, on peut alors mettre en perspective le fonctionnement interne du Concile Vatican II, et mieux saisir l’histoire de la rédaction des textes conciliaires. L’histoire de la rédaction  est un élément herméneutique pour mieux les approfondir, et les comprendre.

C’est au cours de 7 SESSIONS que la Commission Centrale travailla et vota les « 70 SCHEMAS PREPARATOIRES« . Cela se passa entre le 13-14 novembre 1960 et le 23 juin 1962. Dans un article précédant, nous avions pu constater que toute sa Phase Préparatoire ressemblait à une forme de démarche synodale mondiale.

Chaque session possède un fonctionnement quasi systématique que l’on peut résumer ainsi:

  • Chaque journée possède une SEANCE.
  • Au cours de chaque Séance, un ordre du jour est établi pour que les présidents des commissions concernées puissent exposer l’avancée des travaux de ces dernières. Il remet donc une proposition de schéma.
  • Cette proposition est discutée et amendée par les autres membres de la Commission Centrale.
  • La proposition de schéma est modifiée et éventuellement retouchée en fonction des discussions et des amendements, par une Sous-Commission faite exclusivement des membres de la Commission Centrale.
  • L’ensemble est ensuite voté par la Commission Centrale pour devenir « SCHEMA PREPARATOIRE » qui sera remis aux Pères Conciliaires pour devenir la base des débats.

Il se trouve que cette organisation de fonctionnement va devenir comme un « laboratoire expérimental » pour les prochaines assemblées conciliaires. Selon le Règlement interne du Concile promulgué le 6 août 1962, nous retrouvons nettement ce protocole avec quelques nuances:

  • Dès les premiers jours du Concile, les Pères devaient trouver parmi eux les nouveaux membres des Commissions. Chaque commission possède 25 membres (16 votés par les Pères et 9 nommés par le pape lui-même).
  • Au lieu de Séance, les Pères Conciliaires vont se rassembler en « CONGREGATION GENERALE« .
  • Chaque congrégation générale se verra dotée d’un ordre du jour définit par le pape, et la Commission de Coordination (8 cardinaux choisit par le pape qui sont les plus proches collaborateurs). Durant chaque congrégation, des membres des commission font une présentation des schémas préparatoires, et des éléments qui sont ouverts au débat. Les schémas préparatoires peuvent être retravailler par la Commission avant leur présentation en Congrégation Générale.
  • Chaque Père Conciliaire peut alors intervenir soit par oral, soit par écrit. Il doit faire une proposition d’amendement en argumentant. Puis proposer une nouvelle version en argumentant aussi.
  • Par contre, ce sont les commissions qui reçoivent les amendements, qui doivent les synthétiser, les traiter et faire les corrections nécessaires sur le schéma préparatoire.
  • Ensuite, ce sont les commissions qui en congrégation générale, vont présenter et lire les nouvelles versions, et les soumettre au vote des Pères. Une fois qu’un texte est voté par les Pères (2/3 des voix), il sera alors soumis au vote solennel et à la promulgation par le pape.

Nous retrouvons bien les éléments essentiels du fonctionnement des Sessions de la Commission Centrale. Cependant l’histoire des sessions montrera la complexité de la démarche conciliaire et que tout ne sera pas aussi simplement que prévu. Mais la sagesse pratique de Jean XXIII fera évoluer, avec pondération et mesure, l’ensemble des modifications qu’il faudra apporter au fur et à mesure de la gestion de cette exceptionnelle assemblée de 2500 membres.

Il est à noter que l’organisation interne du Concile confère une accentuation sur le rôle des Commissions. Elles peuvent retravailler les schémas avant leur ouverture au débat. Elles ont également un rôle de discernement et d’arbitrage sur les amendements et les propositions des Pères.

D’une manière systématique les articles qui vont suivre, vont présenter les différentes sessions de la Commission Centrale. Cette présentation se fera en fonction: du nombre des participants de la Commission Centrale, de la description des Commissions qui devaient rendre compte de leurs travaux, de l’organigramme des journées et des ordres du jour, des « schémas » qui ont pu être approuvés.

  1. 1ère SESSION de la COMMISSION CENTRALE: 12 au 20 juin 1961.
  2. 2ème SESSION de la COMMISSION CENTRALE: 7 au 17 novembre 1961.
  3. 3ème SESSION de la COMMISSION CENTRALE: 15 au 23 janvier 1962.
  4. 4ème SESSION de la COMMISSION CENTRALE: 20 au 27 février 1962.
  5. 5ème SESSION de la COMMISSION CENTRALE: 26 mars au 3 avril 1962.
  6. 6ème SESSION de la COMMISSION CENTRALE: 3 au 12 mai 1962.
  7. 7ème SESSION de la COMMISSION CENTRALE: 12 au 23 juin 1962.

L’ensemble de ces 7 sessions de la Commission Centrale correspond à 59 séances de travaux.