Vatican II : objectif 50 ans

Un blog pour préparer et vivre le cinquantième anniversaire de l'ouverture du concile

Affichage des articles publiés par Patrick

Terminons cette petite étude du Décret Conciliaire Presbyterorum Ordinis sur le Ministère et la Vie des Prêtres par les numéros 15 à 22.

Les numéros 15 et 16 qui se situent toujours dans le chapitre concernant la Vie des prêtres, touchent plus particulièrement aux exigences spirituelles.

Une des qualités spirituelle du prêtre qui est mise en avant par le concile Vatican II est l’humilité. Ce que le prêtre doit avoir à l’esprit c’est qu’il ne doit pas rechercher sa propre volonté mais bien la volonté de Celui qui l’a envoyé. Cela demande une vraie humilité  qui doit être consciente de la faiblesse de l’homme. Il y a une sorte d’abandon à l’Esprit Saint chez le prêtre qui fait qu’il se laisse conduire par lui dans une totale liberté. Cette humilité se traduit tout simplement par la disponibilité qu’il a vis-à-vis des fidèles et du peuple de Dieu qui lui est confié. poursuivre la lecture…

Après avoir longuement parlé du ministère des prêtres, le décret conciliaire « Presbyterorum Ordinis » s’attarde dans son développement sur ce qui fait plus particulièrement la vie du prêtre.

Dans un récent discours (aux séminaristes des séminaires régionaux de Campanie, de Calabre et d’Ombrie, à l’occasion du centenaire de leur fondation par saint Pie X), le Pape Benoît XVI donnait en quelque sorte le carnet de route des futurs prêtres:

Voici ce à quoi tend votre formation, dans l’attente de la mission qui vous verra confiée pour la gloire de Dieu et le salut des âmes : former votre esprit, sanctifier votre volonté. Le monde a besoin de saints, voilà ce qui prime. Plus que des prêtres cultivés, éloquents, à la page, il faut des prêtres saints et sanctificateurs. poursuivre la lecture…

C’est dans la dernière partie du deuxième chapitre sur le Ministère des Prêtres que le document traite plus particulièrement de leur répartition et des vocations sacerdotales (aux numéros 10 et 11).

Le texte conciliaire revient sur la juste répartition des prêtres dans le monde. L’ordination  sacerdotale prépare les prêtres à une mission universelle et non pas seulement limitée et restreinte au diocèse d’appartenance ou à une mission bien précise. Le décret conciliaire souligne que le prêtre doit avoir le souci de toutes les Eglises du monde entier. Cela devra se traduire dans la réalité par un juste équilibre des vocations sacerdotales. En envoyant des prêtres exercer leur ministère dans d’autres diocèses, d’autres pays, voir d’autres continents, les évêques montreront de manière concrète cette sollicitude vis-à-vis du peuple de Dieu universel.

Comme le Christ lui-même, qui envoya les disciples en mission deux par deux, les prêtres partiront, selon leur destination,  en équipe de deux ou trois. Les situations concrètes telles que la langue du pays et sa culture devront être pris en compte. Il s’agit avant tout de veiller au bien être spirituel et humain des prêtres qui sont envoyés pour qu’ils puissent accomplir au mieux la mission qui leur sera confiée. poursuivre la lecture…

26 juin 2011, ordinations à la Cathédrale de Metz - © Gabriel Normand

Le prêtre n’est pas un homme tout seul, assis dans sa tour d’ivoire, au milieu de sa paroisse. Il est entouré dans la hiérarchie de l’Église. La deuxième partie du chapitre sur le ministère du prêtre traite plus particulièrement de ces diverses relations.

Tout d’abord, comme je l’ai déjà dit dans un billet précédent, le prêtre est lié à son évêque. Cette relation quelque peu privilégiée va dans les deux sens. Le prêtre est un auxiliaire et un conseiller du ministère de l’évêque dans la charge des tria munera. En ce sens, et cela se comprend très bien, l’évêque ne peut pas être partout en même temps dans son diocèse. Les prêtres sont alors des collaborateurs indispensables pour la conduite du peuple de Dieu. Pour l’évêque, les prêtres sont par conséquent comme des frères et des amis. C’est à ce titre que, comme un père pour ses propres fils, il doit veiller au bien matériel et spirituel de ses prêtres. Le texte conciliaire demande même que soit créé un conseil de prêtres qui entoure l’évêque et qui ait le souci de la vie du diocèse. C’est ce que l’on appelle le Conseil des prêtres ou encore le Conseil presbytéral. poursuivre la lecture…

Une ancienne affiche de pub pour les vocations sacerdotales

Le prêtre diocésain, tel que l’entend le Concile Vatican II, déploie son ministère dans trois pôles principaux que l’on appelle les Tria munera. Le deuxième chapitre du décret conciliaire sur le ministère et la vie du prêtre développe en trois points ce qu’est réellement ce ministère.

Il s’agit avant tout pour le prêtre de répondre à un appel du Christ qui demande à ses disciples d’ « aller dans le monde entier, prêchez l’Évangile à toute la création » (Marc 16, 15) et par la suite, comme le dit st Matthieu dans son évangile : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit… » (Matthieu 28, 19). Cette mission est en tout premier lieu confié à l’Évêque qui en est le principal ministre. Celui-ci la délègue aux prêtres, qui sont ses collaborateurs. poursuivre la lecture…

Le Pape Benoît XVI vient tout juste d’annoncer une année de la foi qui débutera le 11 octobre 2012. Avec le synode sur la Nouvelle Évangélisation et l’anniversaire des 50 ans de l’ouverture du Concile du Vatican II, le mois d’octobre 2012 sera riche d’événements. La Conférence des Évêques de France a décidé de marquer cet anniversaire par diverses manifestations et tous les diocèses français s’y associent. 50 ans après son ouverture, il nous est donné l’occasion de relire les textes et, non pas d’en faire un bilan mais peut-être de voir ou en est l’Église dans l’application concrète du concile et de sa réception. poursuivre la lecture…