Vatican II : objectif 50 ans

Un blog pour préparer et vivre le cinquantième anniversaire de l'ouverture du concile

Affichage des articles publiés par Fr. Jean-Baptiste

Le logo de la rencontre mondiale des familles à Milan, en 2012

Le 15 mai a eu lieu, à l’initiative des Nations Unies, la journée internationale des familles. Cette année le thème de cette journée était autour de l’équilibre entre « famille et travail ». A cette occasion le pape a fait observer, lors de l’audience générale que ces deux réalités sont « étroitement liées ». Le travail, a commenté le pape, ne devrait pas être une « entrave pour la famille », mais il devrait plutôt « la soutenir et l’unir », l’aider à « s’ouvrir à la vie » et à « entrer en relation avec la société et avec l’Eglise ». Ce thème du travail et de la famille sera de nouveau approfondi par le pape puisque c’est aussi le thème choisi pour la VIIème rencontre Mondiale des familles qui aura lieu d’ici quelques jours à Milan (30 mai – 3 juin) : une sorte de « JMJ des familles » ! Ces deux grands rendez-vous sont pour nous l’occasion d’approfondir le thème de la famille dans les textes du concile.

La famille comme terrain favorable à l’évangélisation

Dans la constitution dogmatique sur le mystère de l’Église (Lumen Gentium), le concile voit dans la condition conjugale et familiale un terrain spécialement favorable à la proclamation de l’évangile poursuivre la lecture…

Photo tirée du site www.info.catho.be

Les 18 et 19 février 2012, le pape Benoit XVI a convoqué un consistoire ordinaire public dans l’intention de créer 22 nouveaux cardinaux. Ceci nous donne une bonne occasion de parler de la collégialité. En effet, comme le dit très bien un expert au concile bien connu (un certain abbé Josef Ratzinger !), le concile a voulu remettre au goût du jour une théologie de la collégialité épiscopale :

 Dès le commencement, un des buts fondamentaux que se proposa le deuxième concile du Vatican fut de compléter par une doctrine correspondante de l’épiscopat celle de la primauté, proclamée par le premier. Par suite de la fin abrupte imposée par les circonstances, elle était restée à l’état de tronçon inachevé dans le considérable monument de la vaste ecclésiologie qu’on se proposait d’édifier. (J. Ratzinger, « la collégialité épiscopale développement théologique », in L’Église de Vatican II. Études autour de la Constitution conciliaire sur l’Église, « Unam Sanctam », t.III, Cerf, Paris, 1966, p. 763.) poursuivre la lecture…

Le concile de Trente

Le concile de Trente

Dans un article précédent, j’avais présente les premiers conciles oecuméniques. Voyons maintenant les conciles qui se sont tenus au cours du deuxième millénaire.

Les conciles du haut Moyen Age et du Moyen Age tardif

Les conciles du Moyen Age sont des conciles qui concernent uniquement l’Occident. Ils sont tous convoqués, dirigés, préparés, confirmés et promulgués par le pape, avec parfois l’appui de l’Empereur. Les 7 premiers conciles de cette période (du n° 9 à 15) se définissent eux-mêmes comme étant des « conciles généraux » : poursuivre la lecture…

image issue du site www.ciels.fr

Dans un précédent billet (Qu’est-ce-qu’un concile ?) j’ai essayé de définir ce qu’est un concile. Je vous propose maintenant de retracer une petite histoire des différents conciles.

Le concile des Apôtres : le premier et le modèle de tous les conciles

Déjà au temps des apôtres, l’Église primitive s’est réunie en concile. Cet événement nous est relaté dans les Actes des Apôtres au chapitre 15. Dans ce récit, nous retrouvons tous les éléments de la définition d’un concile tels que je les ai présentés dans le billet : « Qu’est-ce qu’un concile ? ».

Le problème : des juifs convertis au Christianisme se rendent à Antioche pour rencontrer les chrétiens de cette région (et il s’agit de chrétiens issus du paganisme). Arrivés sur place ils sèment le trouble – voire même la zizanie (au v. 2 on parle « d’agitation », de « discussion vive ») – au sein de la communauté d’Antioche : « Si vous ne vous faites pas circoncire suivant l’usage qui vient de Moïse, vous ne pouvez être sauvés » (15,1). Suite à cet événement, poursuivre la lecture…

Jeudi dernier (2 février 2012) nous fêtions la Présentation de Jésus au Temple. En 1997, le pape Jean-Paul II a souhaité faire de cette fête la « journée de la vie consacrée ». De plus, cette année, l’Église de France désire également dédier l’année 2012 à la vie consacrée. Cela nous donne donc deux bonnes raisons de nous plonger dans les textes du Concile Vatican II et de voir comment ceux-ci nous parlent de la vie consacrée, cette vie pleine de joie et pleine de Dieu.

Avant de nous lancer dans les grandes considérations théologiques, j’aimerai apporter une petite précision lexicale. Les textes conciliaires n’emploient pas l’expression « vie consacrée », mais plutôt celle de « vie religieuse ». Le pape Jean-Paul II l’explique très bien dans l’une de ses catéchèses préparatoires au synode de 1994 sur la vie religieuse. Il mentionne :

La vie consacrée, qui a caractérisé le développement de l’Église au fil des siècles, a connu et connaît des expressions diverses. Il faut tenir compte de cette multiplicité lorsqu’on lit le chapitre que la Constitution Lumen Gentium consacre à la profession des conseils évangéliques. Ce chapitre a pour titre : “Les religieux”, mais ses considérations doctrinales et ses intentions pastorales concernent aussi la réalité beaucoup plus vaste et différenciée de la vie consacrée, qui a été définie dans des temps récents.

Catéchèse du 5 octobre 1994 poursuivre la lecture…

Avant de donner une définition, commençons par regarder l’étymologie du mot « concile ». Le terme français « concile » vient du latin concilium. Ce nom vient lui-même d’un verbe : concalare, qui se traduit par « convoquer » (et il faut savoir qu’en grec, « convoquer » se dit ekklèsia ! Et c’est ce terme qui désigne dans le Nouveau Testament la communauté chrétienne primitive puisqu’elle se reconnaît elle-même comme étant le Peuple nouveau rassemblée, convoquée au nom de Dieu). Mais revenons à notre latin ! Il faut savoir que notre mot latin concilium a comme synonyme les termes de synodus, conventus, coetus.

Dans le Dictionnaire Critique de Théologique nous pouvons lire la définition suivante : « on désigne par « concile », l’assemblée des représentants légitimes de l’Église, réunis au niveau régional (concile locale) ou universel (concile œcuménique) pour délibérer et statuer, dans un souci d’unité, en matière de foi, de pratique chrétienne et d’organisation ecclésiastique[1] ». poursuivre la lecture…