Vatican II : objectif 50 ans

Un blog pour préparer et vivre le cinquantième anniversaire de l'ouverture du concile

Affichage des articles publiés par Stéphane

« Dans notre temps, l’Esprit Saint a aussi suscité dans l’Église un nouvel élan pour annoncer la Bonne Nouvelle, un dynamisme spirituel et pastoral qui a trouvé son expression la plus universelle et son impulsion la plus autorisée dans le Concile Vatican II »

C’est l’une des nombreuses phrases prononcées ce dimanche matin par Benoît XVI lors de la célébration d’ouverture du synode consacrée à La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne.

Vous pourrez trouver ci dessous, le texte complet de l’homélie que Benoît XVI a prononcée .

 

 

Vénérés Frères,
Chers frères et soeurs,

Avec cette concélébration solennelle, nous inaugurons la XIII° Assemblée générale ordinaire du Synode des Évêques, qui a pour thème : La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne. poursuivre la lecture…

Voici un autre extrait de la conférence donnée par le père Laurent Pidole, sur le rapport entre Vatican II et la Nouvelle évangélisation.

Paul VI nous dit au début d’Evangelii nuntiandi que les objectifs de Vatican II « se résument, en définitive, en un seul : rendre l’Église du 20ème siècle encore plus apte à annoncer l’Évangile à l’humanité du 20ème siècle » (n°2). Le Pape confie que les Pères synodaux attendent de lui « un élan nouveau, capable de créer, dans une Église encore plus enracinée dans la force et la puissance immortelles de la Pentecôte, des temps nouveaux d’évangélisation » (n°2). C’est déjà la réalité de la « nouvelle évangélisation ». Nous trouvons alors la même approche complète, intégrale de l’évangélisation que dans la synthèse du cardinal Wojtyla. L’exhortation dit :

Aucune définition partielle et fragmentaire ne donne raison de la réalité riche, complexe et dynamique qu’est l’évangélisation, sinon au risque de l’appauvrir et même de la mutiler. Il est impossible de la saisir si l’on ne cherche pas à embrasser du regard tous ses éléments essentiels. poursuivre la lecture…

L’initiative du diocèse de Clermont et de son archevêque, Monseigneur Hippolyte Simon, mérite d’être relevée. En 17 petites vidéos (pour 9 sujets), Mgr  Simon nous fait découvrir le concile Vatican II et entrer dans les grands textes qui y ont été composés. Les vidéos sont relativement courtes (entre 8 et 15 minutes), vraiment accessibles au plus grand nombre, tout en étant complètes sur le fond.

Plus que de simplement expliquer les textes ou le contexte du concile, Mgr Simon introduit une présentation générale du sujet, qui fait la part belle aux données historiques, afin de mieux intégrer l’enseignement du concile dans son temps. Sur le fond, tant les citations que les explications de Mgr Simon sont précises et permettent vraiment de découvrir le concile, mais également d’entrer dans le mystère de la foi en s’en imprégnant. poursuivre la lecture…

Une superbe vidéo du diocèse de Lyon ! N’hésitez pas à relayer l’information sur les réseaux sociaux et sur vos sites…

Plus d’informations sur le rassemblement du diocèse de Lyon sur www.141012.fr

Jean XXIII, le pape qui a ouvert le concile Vatican II, nous est raconté par Giorgio Capitani au long d’un film de 3 h, découpé en deux parties. Il s’agit d’un film italien produit par la RAI, la télévision italienne, et que la société SAJE Prod diffuse en France, autour du cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile.

Le film commence à Venise, en 1958, avec l’annonce de la mort du pape Pie XII. Dès sa première apparition à l’écran, le patriarche de Venise, Angelo Roncalli, donne une image malicieuse de lui-même : il est en train d’essayer son cercueil quand son secrétaire, qui l’a cherché dans toute la ville, lui annonce la triste nouvelle. De cet homme à la silhouette  rondelette se dégage une image de simplicité, que le reste du film va largement corroborer. Le départ de Venise pour Rome est l’occasion d’un premier flash-back, où l’on découvre le petit « Angelino », dans sa campagne  C’est là qu’on entend son curé lui dire, pour la première fois, une phrase que le futur Jean XXIII répètera de nombreuses fois au cours du film : « Je ne suis qu’un pauvre curé de campagne ». poursuivre la lecture…

Pour comprendre plus justement ce qu’est la nouvelle évangélisation, le père Laurent Pidole, formateur au Grand Séminaire de Lorraine, nous propose de voir ce qu’en disait l’un des pères concilaires, Mgr Wojtyla ! (Il s’agit de la suite de la conférence du père Pidole sur Vatican II et la Nouvelle Evangélisation)

Mgr Wojtyla au Concile Vatican IIVoici ce que Jean-Paul II a confié dans son livre Entrez dans l’espérance : « J’ai eu la chance singulière de participer au Concile du premier au dernier jour. Cela n’est pas toujours allé de soi car les autorités communistes de mon pays m’accordaient comme un privilège, soumis à l’arbitraire de leur bon vouloir, le droit de me rendre à Rome. Si donc, dans ces conditions, il m’a été donné de participer au Concile dans sa totalité, on peut y discerner à juste titre une grâce particulière de Dieu » (p. 236, éd. Pocket). Deux pages après, il déclare : « la nouvelle évangélisation a sa source dans Vatican II. Le Concile marque indiscutablement le début d’une ère nouvelle dans l’histoire de l’humanité, et aussi dans l’histoire de l’Église » (p. 238). Et il ajoute : nous avions besoin de Vatican II pour « relancer dans l’unité la plus large possible la mission évangélique de l’Église au seuil du 3ème millénaire » (p. 241).

Rentré dans son diocèse, le jeune archevêque de Cracovie veut y appliquer le Concile et écrit un livre qui donne les principes de cette application Aux sources du renouveau [1]. poursuivre la lecture…

Suite de la retranscription de la conférence du père Laurent Pidole sur Vatican II et la Nouvelle Evangélisation dans la constitution dogmatique Lumen Gentium

« Répandre sur tous les hommes la clarté du Christ qui resplendit sur le visage de l’Église » (LG 1)

Un texte conciliaire est élaboré de la manière suivante : une commission prépare un projet faisant la synthèse de tous les éléments envoyés par les évêques. Puis c’est ce projet ou schéma que les Pères du Concile discutent, amendent, améliorent. Mgr Philips, théologien de Louvain, dans son livre en 2 tomes L’Église et son mystère au deuxième Concile du Vatican, le meilleur commentaire sur Lumen Gentium (il fut un des secrétaires de la rédaction du texte), affirme que dès le départ la question centrale pour les Pères est celle-ci : « Église de Dieu que dis-tu de toi-même ? Quelle est ta profession de foi sur ton être et sur ta mission ? » (p. 15). poursuivre la lecture…