Vatican II : objectif 50 ans

Un blog pour préparer et vivre le cinquantième anniversaire de l'ouverture du concile

« Les 50 ans de Vatican II, c’était l’an dernier ». Voilà ce que j’entends parfois. Et du coup, effectivement, le titre de ce blog « Vatican II, objectif 50 ans » paraît dépassé, vieillot, comme si le blog n’était plus mis à jour (merci à Emmanuel d’ailleurs, qui en est le principal – quasi l’unique – contributeur ces derniers temps).

Mais pourtant, il m’apparait important aujourd’hui de conserver ce titre. Car poursuivre la lecture…

Petit, frêle, toujours un peu différent, mis à l’écart, fragile, mais aussi sensible, humble, bourreau de travail, intelligent, spirituel et passionné par la vie du monde et l’annonce de l’Evangile. Voilà en quelques mots le portrait dressé par Christophe Henning du pape Paul VI. Car au final, on ne connait que peu de choses de Jean-Baptiste Montini, avant qu’il ne soit pape : son passage à Rome, à la Secrétairerie d’Etat, et sa nomination à Milan, avant d’arriver sur le trône de St Pierre.

Pourtant, la vie de l’enfant de Brescia est plus complexe que le parcours tout tracé qu’elle laisse entrevoir, et il faut se plonger quelque peu dans ses jeunes années de ministère pour saisir la personnalité du futur Paul VI. Tout en travaillant au Vatican, le jeune prêtre est nommé aumônier national des étudiants, avant d’être remercié pour la grande distance qu’il avait avec la politique menée par Mussolini. On retiendra aussi son passage à Milan ou il a véritablement fait, comme archevêque, ses armes pastorales…

Une grande partie de l’ouvrage est consacrée à ses 15 années de pontificat, poursuivre la lecture…

Le Concile Vatican II demeure la « boussole » qui oriente notre marche à travers les évolutions de notre histoire humaine. Il demeure une « pierre d’achoppement » nous proposant une herméneutique des Ecritures et de la Tradition pour entrer en dialogue fructueux avec la pensée contemporaine.

Nous avions déjà consacré 2 articles sur la question du mariage. Déjà un article historique proposant une vision synthétique des textes majeurs de l’enseignement des papes Léon XII, Pie XI et Pie XII. Et un autre sur la question du mariage au moment de la phase préparatoire du Concile.

On peut trouver 3 moments où le Concile Vatican II parle de la question du mariage. Cet article vous propose un compendium des textes conciliaires. D’un point de vue synthétique on peut dire que le Concile Vatican II propose une méditation théologique sur la vocation chrétienne du mariage, à la fois dans son mystère théologal et dans ses conséquences anthropologiques et sociétales.

*************************************

C’est à partir de cette base théologique et anthropologique qu’il convient de dialoguer avec les questions profondes que certaines Sociétés soumettent plus ou moins au débat public, et d’y proposer une réponse « audible« , c’est à dire qu’elle puisse être déjà « entendue » et « comprise« , sans pour autant être ballotée avec l’adhésion de la mode qui passe, ou bien « admise » par la persuasion.

En son temps l’exhortation apostolique post-synodale du bienheureux Jean-Paul II: « Familiaris Consortio » datant du 22 novembre 1981, allait dans ce sens. C’est à dire que les questions sociétales de ces années-là furent analyser et confronter à la lumière de l’enseignement conciliaire, pour que l’Eglise propose une réponse face aux interrogations de notre temps, et des évolutions de la cellule familiale.

poursuivre la lecture…

Alors qu’il y a quelques jours nous avons clôturé la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, voici que le Patriarche Bartholomée 1er, chef spirituel de l’Eglise Orthodoxe de Constantinople, se trouve en France pour une visite de trois jours, entre le 28 et le 31 janvier 2014.

Nous ne pouvons que constater avec tristesse, la tendance plus ou moins exclusiviste des discours aux accents parfois fanatiques entre les partisans de la laïcité radicale, et ceux qui promeuvent les religions. L’unité du genre humain ne se construit pas avec des discours apologétiques qui ne s’adressent qu’aux partisans pour les renforcer dans leurs convictions exclusivistes, mais avec la sagesse d’une dispute raisonnée. C’est ce qui manque malheureusement actuellement: des discours qui construisent des ponts, plutôt que des tranchés.

Or, une grâce nous a été donnée, car pour inaugurer son voyage le mardi 28 janvier, le Patriarche Oecuménique a fait un discours remarqué, à l’académie des sciences morales et politiques sur la notion de liberté religieuse. Un discours fort qu’il convient d’accueillir non pas comme une arme pour mieux revendiquer que l’on a raison face à ceux qui ont tord, mais comme un ferment qui de part et d’autre, pourra faire germer des fruits de communion.

Il est de la pertinence de ce blog de proposer le discours intégral de ce Patriarche oecuménique de l’Eglise de Constantinople qui bénéficie de la primauté d’honneur au sein de l’Orthodoxie.

poursuivre la lecture…

Cette session eu lieu entre le mardi 07 et le vendredi 17 novembre 1961.

Elle se situe à presque une année après l’ouverture officielle de la Phase Préparatoire le 13-14 novembre 1960 où Jean XXIII convoqua les 698 personnes qui devaient l’aider à préparer le Concile.

Etant donné que la 1ère session fut exclusivement consacrée à la réflexion quant aux questions relatives à l’organisation interne du Concile, on peut dire que les 10 Commissions et les 2 secrétariats préparatoires ont eu une année complète pour travailler et proposer leurs travaux à la discussion et aux amendements par la Commission Centrale.

C’est à partir de cette 2ème session que les travaux des différentes commissions préparatoires vont commencer à être soumis à l’échange.

poursuivre la lecture…

Ce fût entre le lundi 12 et le mardi 20 juin 1961 que la Commission Centrale se réunit pour la 1ère fois. Jean XXIII y prononça un discours au début et à la fin décrivant cette assemblée comme une sorte de « laboratoire expérimental » pour l’organisation interne et la préparation du prochain Concile. C’est à partir de ces 2 discours que l’on a pu établir les travaux de cette session.

Nous avions pu voir que la phase préparatoire du Concile prenait la forme d’une démarche synodale mondiale.

poursuivre la lecture…

C’est Jean XXIII lui-même, qui au cours de différents discours des 12 et 20 juin 1961, qualifia le travail de la Commission Centrale comme une manière d’expérimenter et de préparer l’organisation des futures assemblées conciliaires.

En prenant le temps de comprendre comment ces SESSIONS ont été organisées ainsi que les sujets traités, on peut alors mettre en perspective le fonctionnement interne du Concile Vatican II, et mieux saisir l’histoire de la rédaction des textes conciliaires. L’histoire de la rédaction  est un élément herméneutique pour mieux les approfondir, et les comprendre.

C’est au cours de 7 SESSIONS que la Commission Centrale travailla et vota les « 70 SCHEMAS PREPARATOIRES« . Cela se passa entre le 13-14 novembre 1960 et le 23 juin 1962. Dans un article précédant, nous avions pu constater que toute sa Phase Préparatoire ressemblait à une forme de démarche synodale mondiale.

poursuivre la lecture…

En ce 6 décembre 2013, nous pouvons assister à un vibrant hommage pour la personne de NELSON MANDELA (1918-2013), et son combat pacifiste en faveur de la paix et de la démocratie.

Le journal quotidien « LA CROIX » intitule son article panégyrique  « Un chrétien discret« : ce qui est juste, tant ce chrétien méthodiste n’a jamais été un prosélyte. C’est bien le respect des convictions de chacun, qu’il a été si discret, mais en même temps efficace pour la construction de la paix entre les personnes, jusqu’à l’abolition de l’apartheid en 1991.

Je me souviens avoir vécu ce moment avec autant d’émotion que la chute du mur de Berlin en 1989, en tant que jeunes collégiens.

Même si tout au long de sa carrière politique, il a toujours considérer que les convictions religieuses devaient être de l’ordre de la dimension privée et qu’il n’avait pas à les « imposer », cela ne l’a pas empêché d’écrire en 1997 lorsqu’il était président de l’Afrique du Sud:

 « Nous avons besoin que les institutions religieuses continuent d’être la conscience de la société, le gardien de la morale et des intérêts des faibles et des opprimés. Nous avons besoin que les organisations religieuses participent à la société civile mobilisée pour la justice et la protection des droits de l’homme. ».

poursuivre la lecture…